Torero allucinogeno visto da Luis Romero

Vedere l'argomento precedente Vedere l'argomento seguente Andare in basso

Torero allucinogeno visto da Luis Romero

Messaggio  potris il Mar Nov 03, 2009 7:08 pm

Riporto una parte del libro di Romero in cui racconta la prima volta che vide il Torero allucinogeno :-)


Au début de l’été 1969, nous convînmes que j’écrirais un livre sur lui: le projet était ferme, mais le sujet restait imprécis. Il me montra le tableau qu’il était en train de peindre. On y voyait deux colossales Vénus de Milo sur une scène limitée par le gradins d’un cirque romain. Au bas, je découvris l’enfant présent dans Le spectre du sex-appeal et d’autres œuvres, dont il m’avait dit qu’il s’agissait du mȇme personnage. D’autres éléments étaient également indiqués ou en course d’exécution: des falaises, un tableau de Juan Gris, des mouches, une plage proche du cap de Creus, des tȇtes de la Vénus de Milo. Il me fit placer contre le mur oppose de l’atelier, qui n’est pas assez profond pour permettre au regard d’embrasser des toiles de tel format, et me fit la question délicate qu’il me posait toujours à propos de ses tableaux: «Qu’y vois-tu d’autre?». La réponse prit du temps, et il dut m’aider à trouver. Il y avait encore la tȇte d’un torero dont le visage, la toque et la cravate étaient formés par d’autres éléments de la toile.
(…)
Le grand tableau de Vénus dans le cirque romain était assez avancé à la fin de la saison. Son titre était Torero hallucinogène; il me proposa d’en faire le point de départ ou le fil conducteur de mon futur livre. On y retrouvait en effet repris, suggérés ou sous forme d’allusion, un nombre important de thèmes daliniens, et plusieurs de ses préoccupations ou de ses obsessions*, qui ne figuraient pas ici comme des pièces rapportées sans lien entre elles, mais étaient bel et bien incorporés à une œuvre originale et différente. C’est alors que naquit la première idée d’ensemble de ce livre, de son texte et de ses illustrations. La première idée, car bien que je me sois efforcé de rester fidèle à notre accord (je la trouvais en effet très bonne à condition qu’elle ne me contraignît pas), je dois avouer que la préparation et la composition de cet ouvrage ont été plutôt anarchiques, discontinues et, du reste, longues.




*Un matador encore en activité, Mario Cabré, scrivi une Ode à Gala-Salvador Dalì (Madrid, Ed. Mon, 1952) dont je relais les quatre-vingt-seize vers à la lumière du Torero hallucinogène; et je constate que, explicitement dans la plupart de cas – Gala, anges, rochers, Vénus, fossile, paysage, larme, lune … - , parfois d’une manière voilée ou cachée, le poème fait allusion à presque tous les éléments de ce tableau et dont je parle dans ce livre. Sans le savoir, le torero- poète avait traité avec plus de trois lustres d’avance les thèmes d’un tableau qui n’existait pas encore. Les références tauromachiques, en revanche, manquent: ni brindis, ni estocade, ni banderilles, ni pompons du costume, ni muleta, pas mȇme de taureau.



da Tout Dalì en un visage, Luis Romero


Resto scettica sulla nota: non è plausibile che Dalì avesse letto l'ode dedicatagli dal torero, e avesse riportato nel quadro molti elementi dell'ode stessa?


ps: non sapevo dove postare questo intervento, se vuoi spostarlo fai pure, Luca.
avatar
potris
Forumista Stellare
Forumista Stellare


Vedi il profilo dell'utente

Tornare in alto Andare in basso

Vedere l'argomento precedente Vedere l'argomento seguente Tornare in alto

- Argomenti simili

 
Permessi di questa sezione del forum:
Non puoi rispondere agli argomenti in questo forum